Accueil > Maquettes – Aviron

Maquettes Aviron

Maritime Design fabrique des maquettes de bateaux d’aviron dans son atelier de Saint-Malo (35), France. Notre équipe est spécialisée dans la fabrication de maquettes de bateaux. Nous apportons la plus grande attention à la qualité de nos maquettes.

Nous proposons pour le moment deux catégories de maquettes d’aviron : les avirons huit de couple et les avirons quatre de couple.

Nos maquettes de bateaux d’aviron sont de parfaits objets de décoration à destination des passionnés de ce sport.

Nos réalisations de maquettes de bateaux d’Aviron

Maquette d’Aviron Huit de couple

Maquette d’Aviron Quatre de couple

Qu’est-ce que l’Aviron ?

L’Aviron est un sport participant aux Jeux Olympiques depuis 1900. Il est pratiqué aujourd’hui en France par plus de 100 000 rameurs dont 45 000 licenciés grâce aux équipements et à l’encadrement de plus de 400 clubs d’Aviron.

L’Aviron ou autrement dit le Rowing est pratiqué sur rivière ou sur mer. On distingue leur appellation par aviron de mer et aviron de rivière. De plus, il est possible de pratiquer de l’aviron en indoor sur des machines. On les appelle des rameurs, ils sont réputés comme être parmi les appareils de fitness les plus complets.

Les caractéristiques d’un bateau Aviron

Plusieurs types de bateaux sont utilisés : le skiff qui est utilisé par un seul rameur, le double avec deux rameurs, le quatre et enfin le huit avec huit rameurs. Selon les modèles, ils peuvent être accompagnés d’un barreur.

Historiquement, les bateaux d’aviron sont fabriqués en bois. Aujourd’hui ils sont conçus avec des matériaux composites comme le carbone, plus solide et beaucoup plus léger.
Tous les rameurs de ces bateaux ont, selon le modèle de bateau utilisé, soit un seul aviron soit deux avirons, c’est-à-dire une ou ou deux rames. Elles peuvent aussi être appelées par les rameurs des “pelles”. Le rameur n’utilisant qu’une seule rame est dit “de pointe” et celui utilisant deux rames est dit “de couple”.

L'apprentissage du rameur

L’Aviron est un sport très technique, de vitesse certes relative, de glisse et de maîtrise des équilibres. Comme tout sportif, le rameur sera toujours à la recherche du geste parfait… pour se faire plaisir mais surtout pour gagner !

Les entraînements à sec ou en piscine

Le débutant apprendra ce geste qu’il perfectionnera au fil des entraînements. Au départ, son coach le fera parfois ramer sur une machine type “rameur indoor” pour lui expliquer le geste. Autrement, il est possible de s’entraîner dans un “Tank”. C’est une sorte de piscine dans lequel le bateau est fixé et les pelles “rames” sont trouées. Cela permet de ramer “sur place” et sans avoir à gérer l’équilibre du bateau.

La gestuelle du rameur

Le geste du rameur, très technique, nécessite une bonne attaque (entrée de l’aviron dans l’eau).
Les genoux pliés, bras tendu pour aller chercher l’eau loin sans être écrasé sur l’avant, la pelle perpendiculaire à la surface de l’eau.
Le rameur, une fois l’aviron dans l’eau, pousse sur ses jambes un peu comme s’ il voulait se lever. Le dos et la ceinture abdominale ont alors un rôle très important, ils vont faire le lien entre les jambes et les bras du rameur.
Le bassin est verrouillé pour que les fesses ne partent pas en arrière, les bras se plient au fur et à mesure que les jambes se tendent, le dos bien droit. Une fois que la course des jambes est terminée en même temps que celle des bras, le rameur sort la pelle de l’eau rapidement et proprement pour un bouillon parfait (remou dans l’eau que fait la rame au sortir de l’eau).
Il renvoie alors le manche des rames devant lui au plus vite, en tournant la pelle parallèle à la surface de l’eau. Ses mains dépassant ses genoux avant que ses jambes ne se plient à nouveau pour se remettre en position d’attaque prêt à replonger la pelle dans l’eau, pour un nouveau coup.

Tout se joue dans l’alternance de la puissance du coup d’aviron avec le retour vers l’avant du rameur tout en maîtrise et récupération de son souffle.

La description du geste est ici simplifiée, c’est le rôle du coach d’en expliquer l’intérêt au débutant pour éviter les mauvaises habitudes.

La gestion de l’équilibre d’un bateau d’Aviron

Les bateaux d’Aviron sont des embarcations très étroites et parfois très longues comme les Huits qui font 18 mètres de long environ. Ces bateaux d’aviron sont très instables et l’équilibre doit être géré par tous les rameurs en même temps à l’aide de la hauteur des rames.

Comment gérer l’équilibre d’un bateau d’aviron ?

Le rameur ajuste la hauteur des rames par rapport à la surface de l’eau pour équilibrer le bateau.
La gestion de l’équilibre du bateau est sans doute le plus difficile dans la pratique de l’Aviron, c’est aussi ce qui en fait son intérêt. Il faut allier la finesse de l’équilibre du bateau à l’aide des rames, comme un équilibriste le fait avec sa perche, à la puissance qu’on applique à la rame.
La gestion de l’équilibre du bateau doit se faire simultanément avec les autres rameurs. En effet, le déséquilibre de l’un contraint celui de l’autre.

L’utilisation de ses cinq sens dans le sport d’Aviron

L’Aviron est un sport magnifique alliant la technique à la nature et à l’éveil des sens.
Comme tout sport de glisse, de nombreux sens sont en éveil.

Le toucher

Le toucher, on ne rame pas avec des gants, il faut sentir les vibrations du bateau à travers le manche de l’aviron pour gérer l’équilibre général.

L’ouïe

L’ouïe, même seul sur son skiff, on avance en marche arrière donc une vigilance est obligatoire pour éviter les obstacles. En équipage les indications et consignes du barreur ou du chef de nage doivent être entendues. Lorsqu’on rame proprement, on entend l’eau crépiter le long de la coque du bateau entre chaque coup d’aviron.
J’ai un souvenir inoubliable en stage sur le lac de Vouglans à Bellecin dans le Jura. De retour à la nuit tombante, notre coach éteint le moteur de son zodiac et nous laisse filer sur notre Huit. Il n’y avait aucun bruit, seul celui des huit coups de rames puissants simultanés et le bruit de l’eau coulant le long de la coque du bateau entre chaque coup d’aviron. Un grand moment dont je me souviens avec émotion 40 ans après.

La vue

La vue bien sûr car le rameur doit surveiller la hauteur de ses pelles, de celles du rameur en première position, surveiller l’équilibre du bateau même si celui-ci se ressent dans tout le corps.

L’odorat

L’odorat, même s’il n’est pas essentiel, participe aux souvenirs de l’ancien rameur que je suis. Dans mon cas, c’est l’odeur de la Seine sur laquelle je ramais au Rowing Club de Port Marly. Maintenant, à chaque fois que je me promène le long d’un fleuve ou d’une rivière, cette même odeur fait ressurgir de bons souvenirs de rameurs.

Et le goût ?!

Ah oui le goût… parfois pas très agréable, cette remontée acide dans la gorge lorsqu’on a tout donné, mais ce n’est pas propre à l’aviron mais à tout sport pour lequel le sportif repousse ses limites, vous connaissez ?

Christophe Rebeyrole, ancien rameur du Rowing Club de Port Marly.

Si vous souhaitez en savoir plus notamment sur l’historique de l’Aviron et son développement en France, je vous invite à lire le bon texte de la page web de la fédération Française d’Aviron.

Vous êtes un adhérent, le responsable ou le propriétaire d’un club d’Aviron ?

Vous souhaitez faire fabriquer des maquettes de vos bateaux d’Aviron avec les pelles aux couleurs de votre club ?
Contactez-nous pour que nous puissions en discuter.